citrulus-site-origine-header

Sous des noms qui font souvent sourire – gourdes, citrouilles, coloquintes -, les cucurbitacées ont toujours séduit.

 

Cette famille végétale offre une incroyable diversité de fruits : la volupté de leur forme, la couleur de leur peau, la multiplicité de leurs usages expliquent que les cucurbitacées comptent parmi les plantes les plus connues et les plus cultivées au monde.

 

Apparues très tôt sur le continent américain (vers 6 000 av. J.-C.), elles ont eu un rôle majeur dans le développement de l’agriculture naissante en Amérique, d’où leur culture s’est propagée à tous les continents. Un peu partout sur le globe, les cucurbitacées sont aujourd’hui consommées (melon, pastèque, courgette), utilisées comme objets du quotidien (gourde) ou comme médicament (margose).

 

La longue conservation de la plupart des fruits dans le temps et les saveurs raffinées de certaines variétés ne sont pas étrangères à cet intérêt.

Emblème de la fécondité, de la prospérité et de la bonne santé, les cucurbitacées font aujourd’hui un retour remarqué aux plans de l’ornementation florale et des arts de la table.

citrulus-site-sidebar-recettes
 
RENDEZ-VOUS A LA FERME!
22/10/17 – COULEURS D’AUTOMNE !
De 10h à 18h – ENTRÉE LIBRE – Cuisinons les courges avec Michel PELÉ : animations culinaires, dégustations, cru,...
15 août 2017
Lire la Suite ...
26/11/17 – JOLIS FRIMAS !
De 10h à 18h – ENTRÉE LIBRE – Les Recettes faciles d’Odile DEGRANGE : Démonstrations, Dégustations, … Fleurs et...
15 août 2017
Lire la Suite ...
 
citrulus-site-sidebar-deco
citrulus-origine-vertical

Origine et Histoire

 

Les cucurbitacées font partie des plus anciennes plantes cultivées en Amérique.

Leur domestication remonte sans doute à 6 000 ans avant J.-C., quand sont apparus des mutants à fruits doux, d’abord au Mexique, puis au Pérou. L’intérêt nutritionnel des fruits a encouragé les échanges, la sélection des variétés et l’amélioration des techniques culturales. Les plus anciennes traces de cucurbitacées trouvées en Extrême-Orient proviendraient de Thaïlande. Les restes découverts comprendraient des Lagenaria et des Cucumis qui seraient datés entre 12 000 et 8 000 ans av. J.-C. En Chine, les traditions, de même que les livres anciens d’agriculture et de médecine, font souvent état de la culture des cucurbitacées. Des graines de melon datées de 3 000 ans av. J.-C ont notamment été découvertes dans le site archéologique de Ch’ien Shan Yang (province du Zhejiang). Le Shih Ching, une anthologie chinoise classique écrite entre 1 000 et 500 ans av. J.-C., mentionne d’ailleurs le melon et la courge bouteille. Deux variétés de cette dernière y sont indiquées : l’une utilisée comme légume, l’autre comme récipient à eau ou flotteur pour la pêche.

 

En Europe, les premiers écrits relatifs aux cucurbitacées sont dus à des explorateurs du Nouveau Monde. Un demi-siècle après le voyage de Christophe Colomb, des descriptions et des illustrations ont commencé à apparaître dans les herbiers botaniques. En raison des difficultés rencontrées par les explorateurs dans la conservation des fruits lors des voyages au long cours, de l’extrême variabilité des plantes soumises à la culture et de la facilité avec laquelle elles se croisent entre elles, la famille des cucurbitacées est restée pendant longtemps l’une des moins connues du règne végétal. Les fruits charnus et volumineux sont ainsi rares dans les collections.

Introduite en Europe au début du XVIe siècle, la culture des cucurbitacées s’est toutefois répandue très vite. Au XIXe siècle sont notamment apparues de nombreuses améliorations variétales : 28 cultivars pour les Cucurbita maxima et 20 pour les Cucurbita pepo. Aujourd’hui, il existe ainsi plus de 1 500 cultivars pour Cucurbita pepo.

 

Jusqu’au XXe siècle, les cucurbitacées étaient assez peu utilisées en cuisine. Le potiron rouge a certes connu un regain d’intérêt pendant la Seconde Guerre mondiale mais n’a laissé, bien souvent, que des mauvais souvenirs. Jusqu’aux années 1980, la consommation de la courgette a beaucoup progressé, sans que cela ne s’accompagne d’une grande diversité d’utilisation. Ce n’est véritablement que depuis la fin des années 1980 que la consommation des cucurbitacées se développe, à la fois aux plans quantitatif et qualitatif. D’excellentes variétés, méconnues, méritent d’être redécouvertes.

Références bibliographiques :

 

MUSSET D., GRANGE S. (dir.), 2000, Espèces de courges : culture et usage des cucurbitacées, Barbentane, Alpes de Lumière, Musées et Patrimoine de Cavaillon, éd. Équinoxe, 144 p.
PRADES J.-B., PRADES N., RENAUD V., 1995, Le grand livre des Courges, Paris, éd. Rustica, 183 p.
PRADES J.-B., PRADES N., RENAUD V., 1998, Les Courges. Les cultiver, les conserver, les cuisiner, Paris, éd. Rustica, 319 p.